Accueil » Médiathèque » Récits » Craquer pour un fantasme
Récits des parties des citoyens.

Craquer pour un fantasme

Messagepar Folstaff » Sam 17 Oct 2020 01:34

Bonjour,

Ne pouvant en parler à personne autour de moi, je cherchais un endroit où partager un coup de folie qui m'a pris et que j'ai vécu il a 6 mois.
J'avoue que moi-même, je me demande encore comment ,dans mon état d'esprit de l'époque, j'ai pu sortir à ce point de mon cadre. Tout ça devait apparemment se faire... Vu les retombées bénéfiques pour moi et ma famille aujourd'hui, je ne le regrette absolument pas.
Probablement, certaines d'entre vous ne comprendrons pas mais je souhaite à toute de vivre au moins une fois une histoire comme la mienne.
Cela n'est pas réservé qu'aux autres.
Merci pour vos avis, vos commentaires.

Voilà, j'ai 39 ans, à Paris, mariée et maman de 2 enfants. Heureuse. J'adore mon mari, ce n'était pas mon 1er amant mais bien mon 1er et seul amour. Rencontré jeune, à 22 ans. 2 mecs avant lui. D'une famille très classique, éduquée, catho, j'ai toujours respecté les règles. Une vie très rangée.
L' an dernier ma meilleure copine divorce et, se retrouvant célibataire, elle découvre Tinder et ses surprises.
Lors d'un dîner entre fille, elle me fait part de sa rencontre la plus remarquable sur l'application : un jeune homme hyper bien monté, genre très long et surtout très gros... et qui, en plus, sait s'en servir comme un dieu. Elle me raconte dans le detail comment cela s'est passé et me montre les photos de son profil dont certaines l'exposent nu.

À ce moment, un frisson parcours ma colonne vertébrale et une boule me tombe au ventre.
De puis toujours, J'ai le fantasme d'avoir une expérience avec un gros pénis. Étudiante déjà, je m'interrogeais sur les sensations que cela pouvait procurer sans chercher à essayer... C'était pour les autres tout ça.
Et l'autre, cette fois c'était ma pote ! Quelle chance avait-elle eu ! D'autant plus que le type avait l'air, dans son récit, plutôt normal et sympa.

Après cette soirée, pendant des semaines, je ne pensais qu'à l'histoire de ma pote. Le jour, au travail. J'en rêvais la nuit.
D'habitude très rationnelle, maîtrisant tout, là c'est mon corps qui me demandait de vivre, pour une fois.
A l'approche de la quarantaine, bien que très amoureuse de mon mari et très droite de nature, je me suis dit "on a qu'une vie..." et si on ne vit pas ce genre de chose avant 40 ans, on passera à côté pour toujours... un mélange de crise de la quarantaine et de jalousie de ma pote qui a pu vivre cette expérience...
J'ai craqué, j'ai osé...

Bref, me voilà en train de me créer un profil Tinder en 5 mins et à swiper comme une ado.
Entre parenthèse, les filles, ne serait ce que pour regonfler l'ego des trentenaires parisiennes cette appli est un régal.
En 3 jours, 7 matches dont Fred, le fameux étalon de ma copine que j'ai reconnu tout de suite :-).
28 ans, consultant KPMG, école de Commerce, sympa avec un peu de charme sans plus.

Nous échangeons quelques messages d'une banalité sans nom avant que je me lance à jouer la carte de la transparence sur ma recherche et ma situation personnelle (sans évoquer le fait que nous ayons une connaissance commune).
Il lui a fallu 2 jours pour me répondre qu'il était partant pour une aventure sans lendemain avec moi. 2 jours très longs...
Je lui propose donc de se rencontrer après le boulot... plutôt chez lui de préférence... :-)

La dite journée, fraîchement épilée et ornée de sous-vêtements achetés pour la circonstance, je prétexte à mon mari un dîner d'équipe qui pourrait se terminer tard... franchement pas fière de moi sur le moment... prise de remord, j'allais presque faire marche arrière.
Au boulot, impossible de me concentrer et la journée passa très vite.
A 19h, j'arrive donc chez Fred dans le 11ème.
Il m'ouvre, on se fait la bise et il me débarrasse en m'installant sur un fauteuil du salon oú m'attend une coupe de champagne.
Lui s'assoit sur le canapé et on se raconte platement notre journée. Tous les 2 super mal à l'aise au point de tout faire foirer...
Au bout de 15 mins, lasse de cette gêne, je prend mon verre et m'installe a côté de lui pour l'embrasser dans le cou.
Après tout, nous n'étions pas là pour discuter. :-)

Il me regarde, sourit et me retourne mon baiser. Je comprends que la glace est rompue.
À partir de là nous ne nous dirons presque plus rien. Tout sera super fluide.
Je déboutonne sa chemise et parcours son corps de baisers.
Dans ma lancée, (je me surprend encore), je m'agenouille face à lui pour défaire sa ceinture et enlever son pantalon.
Ça fait 15 mins qu'on se connait...Là, je comprends que je suis en plein dans mon fantasme, et suis surexcitée à l'idée de ce qui va se passer ensuite.

Je baisse son boxer noir doucement pour faire apparaître ce pour quoi je suis venu. Me revoilà ado, curieuse de découvrir un nouveau partenaire.
Au repos, c'est énorme... et une fois dans ma bouche, son sexe gonfle et durcit tellement que, très vite, je ne peux que lui sucer le gland sans pouvoir aller plus loin. Pour tout dire, en taille je dirais 25 cm et grosseur...je n'arrive pas à en faire le tour avec mes doigts ! Je ne savais pas que ça existait !
A 39 ans, je suis comme une ado... Je "joue" un peu avec :-). Ce n'est pas tous les jours que l'on a un tel engin entre les mains.

Après quelques minutes, il se lève et m'emmène dans sa chambre.
Il m'enlève d'une traite ma robe, mon soutif et mon string puis il m'allonge sur le lit pour me faire un cuni très doux et langoureux qui finit de me mettre dans tous mes états. Des papillons chauds un peu partout dans le bas du ventre et surtout la sensation de vide entre les cuisses qu'il faut remplir d'urgence.

Après 2 tentatives d'enfilage de capote infructueuses, je n'en pouvais plus d'attendre... un échange de regard coquin, nous nous sommes résignés. On fera sans...Tant pis...

Fred me place alors sur le bord du lit, lève et écarte mes jambes en embrassant mes cuisses. Je suis trempée.
C'est terriblement excitant : je suis nue, ouverte à un homme que je connais à peine !
Le bout de son sexe frôle mon clitoris et mes petites lèvres, il s'appelle Fred, c'est tout ce que je sais de lui !
Je n'ai jamais fait ça, jamais de coup d'un soir, je ne suis pas comme ça. Je ne me reconnais pas !
Mais j'y suis, tremblante... exactement à la place de ma copine il y a quelques semaines et c'est tellement bon.

Respectueux et doux, il introduit lentement son sexe en moi.
Chaque centimètre est une sensation incroyable : une grande chaleur m’envahit jusqu'au nombril, libérée et soulagée d'être enfin "remplie" comme jamais auparavant (les filles qui me liront comprendrons :-)). Dans la tête, joie, satisfaction et extase.
Ça n'en finit pas, ce que j'ai entre les jambes me semble gigantesque, tout s'écarte et s'étire à l'intérieur, j'en ai le souffle coupé.

Très à l'écoute, Fred s'arrête un instant pour que je profite et que je reprenne mes esprits. Je l'enlace et l'embrasse furieusement quelques minutes sur la bouche (Je me rend compte que nous ne l'avions pas encore fait... :-)).
Il démarre alors ses va-et-vient, d'abord doucement. Lorsqu'il s'enfonce, je me sens "pleine" et lorsqu'il se retire, je suis presque déçue voire inquiète en ayant hâte qu'il s'enfonce à nouveau.
Puis, à ma demande, il y va plus profondément car il a encore bien 5 cm qu'il n'a pas pu faire entrer.
C'est à ce moment que je perds tout contrôle et que les choses s'accélèrent.
Je lui glisse "prends moi en levrette" à l'oreille. Il me retourne et là, littéralement, il me "dé-mon-te". Je n'ai pas d'autres mots. Il me presse les fesses, me les gifles, me masse le dos, me tire les cheveux, me pince les seins, me caresse le clito... C'était trop bon !
Jamais je n'avais ressenti ça. J'étais comme sortie de mon corps. Il pouvait faire de moi ce qu'il voulait, j’étais physiquement à lui à cet instant.

N'en pouvant plus, tremblante, je l'écarte, l'allonge et lui monte dessus. Mon corps, habitué maintenant à sa taille, ondulait sur toute la longueur de sa bite (car à cet instant, c’était vraiment ce que c’était, rien de romantique...). Je prends un pied phénoménal jusqu'à l'orgasme. Ses voisins doivent encore s'en souvenir... Qques minutes après c'est son tour.
C'est terrible à dire mais je ne me suis jamais sentie autant Femme et libérée qu'en le sentant se déverser en moi.

Lorsqu'il se retire, un vide immense et froid se crée dans mon ventre, on m'enlève un membre. Je m'écroule sur le lit, il me caresse les fesses.
Je l'embrasse et le remercie de m'avoir fait vivre ça : 2 orgasmes en 30 mins, dont 1 rien qu'à la pénétration !
L'adage dit que la taille ne compte pas en effet mais quand c'est gros, c'est quand même très bon !:-)

Je conseille l'expérience à toute, ne serait-ce qu'une fois ! Ça remet les idées (et probablement la moitié du bide :-)) en place.
On se rhabille. Pendant que je me remaquille les yeux pleins de larmes, il me commande un Uber (décidément ce mec, si j'avais eu 10 ans de moins...) et me raccompagne à la porte. On sait qu'on ne se reverra jamais, je l'embrasse sur la joue et m'en vais.

Quelle soirée ! Dans le taxi, mon vagin était encore pris de spasmes et de soubresauts.
Il est seulement 21h quand j'arrive chez moi. J'ai tellement la trouille que mon mari s’aperçoive de quelque chose.
Je m'installe à ses côtés devant la télé, l'embrasse, lui dit que je l'aime et m'endors sur lui.Il me faudra 2 jours et une bonne douche pour retrouver mes esprits et retrouver ma vie belle et rangée d'avant.
Cette expérience a changée ma vie... en mieux. Il m'a décoincé mentalement, sexuellement (et physiquement :-)).
Dès que j'ai un moment de blues, je repense à ce truc de fou que j'ai fait pour moi et moi seule.

J'ai, évidemment, du remord vis vis de mon mari que j'aime par dessus tout.
Mais après réflexion, il n'a rien a voir du tout avec cette histoire. Il n'y a eu aucun sentiment comparable à ce que je ressent pour lui.
J'ai compris que c’était sur un autre plan. Ce n'était que purement physique, purement sexuel, presque animal.
C'est compliqué car pour tout dire, nos relations sont mêmes meilleures depuis ce jour, je me libère plus avec lui et un peu comme si mon corps se souvenait du "traumatisme" causé par Fred, une partie des sensations de ce soir là me reviennent lors de nos rapports.
Un bonheur ! Le meilleur choix assumé que j'ai pu faire !... alors les filles allez-y lâchez- vous, vivez pleinement et foncez sur vos fantasmes !

Merci pour vos commentaires
Caro
Folstaff
Abstentionniste
Abstentionniste
 
Messages: 1

En ligne

Re: Craquer pour un fantasme

Messagepar karglass » Dim 18 Oct 2020 12:38

Superbe récit ! Bien écrit et on a l'impression de le vivre.
karglass
Abstentionniste
Abstentionniste
 
Messages: 1


Retourner vers Récits

  • Qui est en ligne
    Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun citoyen et 0 invités