Accueil » Médiathèque » Récits » Mes tendances exhibitionnistes
Récits des parties des citoyens.

Mes tendances exhibitionnistes

Messagepar Isa-Belle » Ven 5 Fév 2016 14:08

_________________________________

Exhibitioniste et vicieuse

Je suis une vraie exhibitioniste. Je précise "vraie" car je n'hésite pas à scénariser soigneusement mes exhibitions.
J'ai découvert que j'aimais ça lorsque j'étais toute jeune fille. Durant mes années lyçée déjà.
Je partais en bicyclette pour aller "explorer" des endroits particuliers qui pouvaient se prêter à mes désirs d'être "vue".
Des endroits où je pouvais "voir", car je suis, pour certaines situations, très voyeuse. Mais c'est un autre domaine.

J'avais ainsi créé un circuit sur une série d'endroits où je me rendais durant mon circuit habituel.
J'avais établi une règle immuable. Il fallait que, en cas de souci, je puisse filer le plus vite possible sur mon vélo de course.
J'ai toujours été très prudente. Aucun de mes actes n'était irréfléchi ou improvisé. Tout était méthodiquement élaboré.
J'ai compris très jeune que beaucoup d'hommes avait un sexe à la place du cerveau.
Ce qui pousse ces derniers à avoir des attitudes absurdes, relevant le plus souvent de la pulsion plutôt que la réflexion.

J'adore être vue mais certainement pas être importunée par des "boulets". Ces individus qui "collent".
De ces individus pénibles qui s'imaginent que parce que je m'amuse ainsi, je serais en "recherche" ! Pire, en "manque" !
Non, c'est un plaisir égoïste, personnel, qui ne fait de tort à personne. Entre adultes. Je ne veux rien d'autre. Une exhib, c'est tout !
Ce sont souvent des pauvres types incapables de se contenter de "voir" et qui deviennent entreprenants.
Fort heureusement, il y a des gentlemen qui savent apprécier en restant à l'écart. Discrètement voyeurs. La "classe".

Une de mes "astuces" favorites, est de savoir qu'il y a un grillage ou une clôture entre moi et l'individu qui me "surprend".
La rivière ou le torrent, l'étang ou le mur, sont autant de "protections" que je sais mettre au service de mes exhib.
Longuement je mets au point l'exhib à laquelle je vais me livrer. Aujourd'hui, à 27 ans, je suis une grande "spécialiste".
J'ai toujours mes endroits idéaux. J'ai toujours un circuit habituel que je parcours en vélo en été, en voiture en hiver.

Je prends toujours les mêmes imparables précautions.
Mon "truc" préféré, est de me frotter lentement sur la barre supérieure de mon vélo. De me faire surprendre ainsi, m'excite !
Aussi, je suis souvent en jupe. Mais le short clair est très bien aussi. Surtout lorsqu'il montre l'auréole humide entre mes cuisses.
Accroupie dans les fourrés, entre deux voitures ou encore au près des terrains de sports, est toujours source de plaisirs indicibles.

Depuis quatre ans que j'ai avoué mon vice à mon compagnon, doucement, il commence à entrer en complicité avec moi.
Il ne refuse plus de m'accompagner, de se cacher, afin de surveiller si tout se passe bien. Car c'est un grand gaillard athlétique.
Sa simple présence physique, n'importe où, est très dissuasive. Alors qu'il est le plus merveilleux des nounours.
L'exhib et le voyeurisme, ce n'est pas trop son "truc". Mais il fait son maximum afin que je trouve mon plaisir où j'aime le trouver.
De plus, de m'exhiber m'apporte tant de plaisir et d'excitation qu'il est le premier à pouvoir partager tout cela avec moi dans l'amour.

Je suis très vicieuse, je le revendique et cela participe à mon épanouissement. C'est comme ça !
Le simple fait de l'avouer ici, est déjà, en quelque sorte, une exhibition. Sans risques...

Régulièrement, tous les samedis, je viendrais poster un de mes petits récits. Textes relatant mes "aventures".
Ce sont autant d'exhibitions virtuelles et surtout textuelles. Elles se suffisent largement.
Il n'y aura jamais rien d'autre...

Isa
_______________________________________
Mes textes sont déposés - © - Tous droits réservés
Avatar de l’utilisateur
Isa-Belle
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 34
Âge: 32

Re: Mes tendances exhibitionnistes

Messagepar Isa-Belle » Sam 6 Fév 2016 14:17

_________________________________________________
Bonjour

Chaque samedi, je viendrais relater les anecdotes de mes dernières vacances.
Les superbes vacances avec mon mari, en cet été 2015, en Ecosse.
Chaque texte sera posté à la suite du précédent. A la suite de ce premier post.
Ainsi il sera très simple au lecteur d'avoir le repaire facilitant sa recherche.
Ce premier récit est donc le début d'une série qui, je l'espère, saura vous séduire et vous entraîner dans mes troublants excès.
Bonne découverte et bonne lecture.

Juillet à St Andrew

Cette soirée de juillet, après la visite des ruines magnifiques de la cathédrale de Saint-Andrew, nous sommes allés dans un petit restaurant.
Assis à la terrasse arrière d'un établissement plein de ce charme désuet et intemporel, la vue sur le château était de toute beauté.
Mon compagnon et moi profitions de ce climat extraordinaire et de cette lumière diaphane particulière à l' Ecosse.
Il était vingt et une heure. Parmi les clients, il y avait trois couples, deux jeunes femmes et un monsieur seul.

Tout en mangeant, mon mari et moi bavardions. Nous avions réussi à ne pas passer la soirée dans sa famille qui le sollicite beaucoup.
Lors de nos échanges, machinalement, je regardais dans la direction du mangeur solitaire. Il portait la belle chevelure grise du quadragénaire,
Nos regards se croisèrent à quelques reprises. J'en fis pars à mon compagnon qui me fit remarquer qu'il y avait peut-être là une opportunité.
Regardant autour de moi, certaine de n'être vue que par l'inconnu, sous la table, j'écartais doucement les cuisses. Mon cœur battait fort.

J'aime être vêtue d'une jupe. Surtout en été. Je peux ainsi me sentir libre de toutes entraves vestimentaires. Ce soir-là, c'était le cas.
Une jupe courte et plissée. Sous mon T-shirt, mes tous petits seins évoluent dans une totale liberté, n'ayant pas besoin d'être soutenus.
Chaussée de baskets, je propose la silhouette de la dilettante en vacances. Mes cheveux noués en une longue natte participent encore de tout cela.
Le monsieur, lors d'un de ces mouvements de tête, se rendit rapidement compte du spectacle qui lui était offert. Cessant sa lecture.

Je croisais et décroisais mes jambes avec une exagération qui attira son attention. A présent, il louchait sous ma table tout en mangeant.
Je faisais évidemment comme si je ne me rendais compte de rien. Au bout d'une dizaine de minutes, je me levais pour aller aux toilettes.
Je voulais retirer ma culotte afin de pouvoir apprécier la satisfaction de cette situation. Opportunité qui m'excitait de plus en plus.
J'en profitais pour faire mon pissou. Quelle ne fut pas ma surprise, en sortant de la cabine, de voir l'inconnu debout devant un des deux lavabos.

En lavant mes mains, je découvris que le monsieur avait son sexe posé sur la faïence du lavabo. Avec un air des plus naturels. J'étais amusée.
Il prononça quelques mots dans un mauvais Anglais. Je fis semblant de ne rien comprendre en haussant les épaules. Sans répondre.
Je me dépêchais de me laver les mains avant de sortir des toilettes. Je revins m'asseoir pour raconter mon aventure à mon mari.
J'avais ma petite culotte coincée dans la ceinture de ma jupe, je la rangeais dans notre petit sac à dos. L'inconnu revint s'asseoir.
Les cuisses bien écartées, le monsieur pouvait admirer ma toison pubienne de brune, épaisse et fournie. Un autre couple était arrivé.

Il me fallait ruser pour n'être vue que du monsieur. Ce dernier, faisant semblant d'être absorbé dans la lecture d'un magazine, observait avec attention.
Discrètement, je passe une main sous la table. Je commence à me toucher. L'inconnu, dont le trouble devient apparent, regarde mon manège.
Du doigt, il me montre la porte des toilettes. Je comprends l'invitation. J'en fais part à mon mari qui m'encourage à créer une nouvelle situation.
Je vous propose donc de découvrir la suite de cette étonnante aventure, dans mon récit du week-end prochain, pour ma nouvelle visite sur le forum.

A bientôt et bonne semaine.
Bises.

Isa
______________________________________________________
Mes textes sont déposés - © - Tous droits réservés
Avatar de l’utilisateur
Isa-Belle
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 34
Âge: 32

Re: Mes tendances exhibitionnistes

Messagepar 1Gars_<3_1Fille » Mer 10 Fév 2016 12:35

Merci pour le partage!
A samedi prochain donc pour un nouveau récit croustillant  ;)

Bonne journée,
1Gars
1Gars_<3_1Fille
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 16
Âge: 34

Re: Mes tendances exhibitionnistes

Messagepar justino26 » Sam 13 Fév 2016 15:08

On attend la suite avec impatience :-)
justino26
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 7

Je m'exhibe avec passion et méthode...

Messagepar Isa-Belle » Sam 13 Fév 2016 21:11

___________________________________________________

Juillet à St Andrew - (Episode 2) -


Je continue mon histoire avec un certain plaisir, car cette suite en est un peu le prolongement par l'écrit.
L'exhibition virtuelle d'une épistolière amusée et passionnée.

Je me lève doucement. je me saisis du petit sac à dos. Celui que nous avons toujours en randonnées.
Je lance un regard insistant au monsieur.
Je me dirige vers les toilettes. J'y entre mais dans l'espace des urinoirs. Tout est propre.
Je pose le petit sac à dos au sol sur un mouchoir en papier.

A peine si une minute se passe avant que l'inconnu ne pénètre à son tour dans les lieux.
Il me voit, accroupie entre les deux urinoirs, fouillant dans le sac.
Je suis là, les cuisses écartées, restant ostensiblement ainsi, sans bouger.
A peine si je relève la tête pour faire un sourire timide à l'homme.

Ce dernier se met à côté de moi. Il ouvre sa braguette et se pose devant l'urinoir sur ma droite.
Son sexe est à la hauteur de mon visage.
Cinquante centimètres doivent séparer ma tête de son sexe.
L'inconnu reste ainsi, sans bouger, tenant son membre au-dessus de l'urinoir.

Je suis excitée par cette situation qui, pour moi, est le comble du vice absolu.
Un de mes vices inavouables que je révèle cachée derrière mon anonymat.
L'inconnu se masturbe doucement. Je tourne la tête pour observer.
Je reste délibérément ainsi, surmontant mes inhibitions naturelles de femme.

La situation perdure quelques moments indéfinissables. Je lève les yeux pour regarder ceux de l'homme.
En sueur, il me dévisage avec attention.
Un sourire étrange anime les traits fins de son visage. Il est beau.
Je regarde son sexe d'une taille très raisonnable qui est à présent en érection.
Il se tourne légèrement. Il pointe son sexe dans ma direction. J'ai à la fois l'envie de fuir et l'envie de le prendre en bouche.
Je dois être toute rouge.

Depuis mon mariage, il y a deux ans, je n'ai plus sucé un autre homme. Je sais que s'il était là, il m'encouragerait.
Il me propose souvent de le faire.

Je me redresse, vacillante, gênée. Je passe derrière l'inconnu. Je quitte l'espace des urinoirs. Je sors des toilettes. Je reviens m'asseoir.
Je raconte mon aventure à mon mari. Il se met à rire.
Il me passe la main sur la tête et le bout de ses doigts sur les joues. < Retournes vite ! > me fait-il.
Je le regarde, déconcertée. < Mais, tu te rends compte, si quelqu'un entre ? >.
Je rajoutais : < En plus tu me dis toujours que tu aimerais me voir faire ! Et là, c'est vraiment pas le lieu le plus tranquille ! >.

A ce moment l'inconnu revint à son tour s'asseoir à sa table.
Le beau quadragénaire me lança un regard un peu triste avec un sourire qui me fit fondre.
Je devais trouver un prétexte quelconque. A présent, j'en avais trop envie. Une envie folle...

Bonne semaine et à samedi prochain.
Bises

Isa
__________________________
Mes textes sont déposés - © - Tous droits réservés
Avatar de l’utilisateur
Isa-Belle
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 34
Âge: 32

Re: Mes tendances exhibitionnistes

Messagepar 1Gars_<3_1Fille » Dim 14 Fév 2016 00:18

Tu as le don pour faire durer le suspense!  ;)
En tout cas très belle histoire et en plus bien racontée  ;)
Vivement samedi prochain

1Gars
1Gars_<3_1Fille
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 16
Âge: 34

Re: Mes tendances exhibitionnistes

Messagepar Isa-Belle » Sam 20 Fév 2016 14:31

_____________________________________________

Juillet à St Andrew - (Episode 3) -


Mon mari, délicieux complice, me propose d'écrire, sur une petite carte, à l'intention de l'inconnu, une proposition.
Nous en débattons tous deux assez longuement. Il n'est absolument pas question de sombrer dans un ridicule toujours possible.
J'écris donc, de ma plus belle écriture : < Meet at the entrance to the old cemetery to 22 h 30. This evening. Be discreet. Right away. >
Il était vingt et une heure trente. Nous avions donc tout juste le temps de payer l'addition et de nous rendre au lieu du rendez-vous.
En partant, discrètement, je dépose mon petit billet sur la table du bel inconnu. Il me fait un sourire. Je marche derrière mon mari.

Nous avons garé la voiture sur le parking. Il est vingt deux heure, le lieu est désert. Il n'y a personne.
Mon mari et moi, nous sommes entrés dans cette partie accessible du vieux cimetière qui restait ouverte toute la nuit.
Tous les deux, cachés derrière un grand caveau très romantique et décoratif, nous attendions la suite des évènements.
Ce n'est qu'au bout d'une vingtaine de minutes que le bruit d'une voiture, se garant sans doute sur le parking, se fit entendre.

De notre cachette, nous pouvions voir arriver l'inconnu du restaurant. Ce dernier avançait prudemment dans l'allée centrale.
La lumière argentée de la lune éclairait la scène d'une clarté presque surnaturelle. J'étais très excitée. Cela amusait mon mari.
Sortant de ma cachette, j'avisais une petite allée perpendiculaire. Je m'y glissais discrètement. Je m'accroupis, cuisses écartées.
C'est ainsi que le quadragénaire me surprit. Je lâchais de longs jets de pisse que je contrôlais parfaitement. Gênée mais excitée.

L'homme s'arrêta pour me regarder. Dans un mauvais anglais, il me fit : < Hi, will you fuck with me ? >
Je m'empressais de répondre : < Sucking with pleasure. But no fucking ! >. Je n'avais pas envie de baiser. Pas du tout.
L'inconnu s'approcha en ouvrant sa braguette. Il fut rapidement devant moi, bien campé sur ses jambes, son sexe dans la main.
J'approchais mon visage pour renifler son membre. C'est à ce moment qu'il me saisit par les cheveux. Il me tira à lui.

Son sexe avait un goût d'amande amère assez désagréable. Rapidement j'avalais avec peine quantité de liquide séminal.
Ses sécrétions avaient un goût détestable. C'était la première fois que je goûtais une substance masculine aussi fade.
Il avait cessé de me maintenir, j'étais donc libre des mouvements de ma tête. Cette impression dégoûtante persistait toujours.
Je restais ainsi à sucer cet homme quelques minutes avant qu'il n'éjacule dans un râle sonore et grave.

J'aime pratiquer des fellations longues. Là, j'étais à la fois déçue par le goût, par la durée et par le peu de sperme que je déglutissais.
J'étais à la limite de l'écœurement. C'était la première fois qu'une telle sensation m'envahissait avec tant de dégoût.
Comme s'il venait de commettre un délit, l'inconnu, tournant les talons, me fit : < Farewell little bitch, it was good ! >.
Je restais sans répondre, terriblement déçue par ce moment trop court avec un homme sans réelle motivation. Il avait disparu.

Je rejoignais mon mari. De sa cachette, il avait tout vu, prêt à intervenir en cas de soucis. Je lui fis part de mon ressenti.
M'offrant un chewing-gum pour le goût et l'haleine, mon chéri me fit : < Ne t'inquiète pas, je pense qu'il aurait préféré baiser ! >.
C'est vrai que je pris soudain conscience que c'était le souhait premier du quidam. Il me l'avais spécifié dans sa question.
Je ne baise qu'avec mon homme. J'ai toujours préféré la pipe. Là, je voulais m'en offrir une avec les frissons qu'offrent un inconnu.

Nous sommes rentrés pour vingt trois heure. Nous avons fait l'amour longuement...

Bonne semaine à tous.
A samedi prochain pour un nouvel épisode.

Isa
__________________________________________________
Mes textes sont déposés - © - Tous droits réservés
Avatar de l’utilisateur
Isa-Belle
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 34
Âge: 32

Je suis dans les ruines d'un château médiéval...

Messagepar Isa-Belle » Sam 27 Fév 2016 09:46

_________________________________________

Dunnottar Castle


Cet après-midi là, nous sommes allés nous promener du côté de Dunnottar Castle. Ce château médiéval est une merveille.
Construit sur une presqu'île, on peut l'atteindre par un étroit sentier. L'endroit est prestigieux et mérite une visite.
Ce jour de juillet il faisait chaud. Le soleil régnait en maître dans un ciel d'un bleu d'azur. La mer était belle et calme.
Nous visitons ce lieu chaque année, lors de notre séjour en Ecosse. C'est à chaque fois une belle surprise.

Sur la presqu'île, derrière le reste des fortifications, toutes les maisons d'artisans ont été reconstruites fidèlement.
Nous pouvons pénétrer dans celle du boulanger, dans celle du chaudronnier ou encore dans celle du vigneron.
Chacune de ces adorables petites restaurations est inscrite dans un enclos et comporte un potager.
Les anciens légumes sont étiquetés, présentés sous l'apparence qu'ils avaient au XII ème siècle.

Comme toujours, lorsqu'il fait chaud, je suis vêtu d'une jupette et d'un T-shirt.
Mes tous petits seins n'exigent aucun soutien-gorge. Je suis chaussée de "baskets".
Dans cette tenue, je me sens légère et surtout libre. Mes cheveux attachés en une longue natte.
Je porte toutefois une petite culotte transparente, étroite, laissant dépasser mes poils de partout.

Il y a peu de visiteurs. Avec cette météo, les touristes préfèrent les bords de mer.
Nous venons de quitter une des petites maisons de pierre. Je vois un homme qui fait des photos.
Ce dernier va d'un enclos à l'autre, faisant le tour des constructions. Il semble "mitrailler" sans cesse.
Je propose à mon mari un super "plan" exhib derrière une des maisons. Cela le fait rire.

J'anticipe les déplacements du photographe. Il doit avoir l'âge de mon mari, dans le début de la trentaine.
Je dois être dans l'enclos du boulanger. Je passe derrière la maison. Il y a la reconstitution d'un four de pierre.
Là entre un four de pierre et le muret, je descends ma culotte, je m'accroupis . Je regarde à gauche et à droite.
Mon mari est juste derrière l'angle de la maison, il m'observe amusé et rieur, comme à son habitude.

Haletante, pressée de pouvoir me montrer ainsi, je sens battre mon cœur. Je suis vraiment très excitée.
Cela fait deux jours que je ne me suis pas faite "surprendre" et cela me manque considérablement.
J'ai trop envie de cette petite dose d'adrénaline, j'ai trop envie de frissonner en rougissant devant un inconnu.
Je louche entre l'angle de la maison et le muret à cinq mètres devant moi. J'entends le cris des mouettes.

Il arrive enfin. Je baisse la tête. Je me mets à lâcher des petits jets drus. J'arrête, je recommence.
Je suis tellement excitée que je me sens vaciller. Je prends appui contre le muret.
Je me cambre. Les jets viennent se briser loin devant moi. J'ai envie de me toucher tellement c'est bon.
J'entends sa voix : < Hi ! Excuse me, I make some pictures. I can take you in private pictures ? >

L'inconnu me propose de me photographier. Je relève la tête. Je descends mes lunettes de soleil.
Certaine de rester anonyme derrière mes larges lunettes noires, je réponds : < Oh yes, with pleasure ! >
Il y a des dizaines de milliers de filles, en photos sur Internet, et entrain de pisser, une de plus ou de moins.
J'écarte les cuisses. je termine de me vider avec plusieurs petits jets. Me voilà en "image".

Je suis terriblement excitée. Aussi, pour savourer l'instant, je reste longuement dans cette position.
L'élastique de ma culotte a du lâcher car elle pend lamentablement entre mes genoux.
Je m'enfonce un doigt. Le photographe s'accroupit pour immortaliser la scène.
Je me masturbe doucement. Je suis toute rouge et en sueur. Je suis envahie de bonheur et de plaisir.

Il y a quelques années, j'ai posé à plusieurs reprises pour des photographies bien plus suggestives.
Je retrouve là ces émotions uniques et si profondes que connaissent les filles qui savent de quoi je parle.
Rien n'est plus excitant pour une exhibitionniste que d'être vue ainsi. C'est mon jardin secret.
Je me redresse. Les fourmis dans les jambes, je remonte ma culotte qui ne tient plus.

L'homme, un parfait gentlemen, ne m'a fait aucune autre proposition. Il est resté d'une correction exemplaire.
Je m'éloigne d'un pas décidé en disant : < I will join my husband. Thank you for the pictures. Farewell ! >.
Il répond : < If you give me an email address, I can send you photos ! >
Je lui donne une adresse mail. Il écrit sur un bout de papier. Il me tend sa carte.

J'ai reçu les photos au début du mois d'octobre avec un mot très gentil.
De superbes photographies. Je suis une pisseuse anonyme parmi des dizaines de milliers d'autres.
Il est photographe professionnel à son compte. Il me propose une vraie séance pour l'été 2016.
J'ai donc tout le temps de réfléchir à l'opportunité de vivre de nouvelles situations torrides et "préparées".

Isa

Image

Ecosse -  Sept.2015 -

Bonne semaine à tous.
A samedi prochain pour un nouvel épisode...
Mes textes sont déposés - © - Tous droits réservés
Avatar de l’utilisateur
Isa-Belle
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 34
Âge: 32

National Gallery Edimbourg

Messagepar Isa-Belle » Sam 5 Mar 2016 11:40

_________________________________________________

National Gallery Edimbourg


Cet après-midi de juillet, dans une chaleur des plus agréables, nous étions allés visiter la National Galerie à Edimbourg.
J'aime particulièrement cette ville. Il y a toutes ces superbes ruelles piétonnes qui nous projettent en plein dix neuvième.
Il y a toujours toute cette animation dans l'avenue principale et dans les rues adjacentes. Avec tous ses magasins si attractifs.
Mon mari m'a fait découvrir, au fil des ans, des choses étonnantes qui sont spécifiques à cette ville magnifique.

En sortant du musée, nous sommes allés flâner dans le parc voisin. Un endroit à la fois prestigieux et fort plaisant.
Il y a bien sûr ce gazon qui fait penser à une moquette. Ces arbres plusieurs fois centenaires et ces superbes statues.
Nous nous sommes assis sur un banc. Un de ces bancs offerts par une famille dont les noms sont gravés sur des plaques.
Là, nous profitions de cette pause avant de partir afin de répondre à l'invitation d'un membre de la famille de mon mari.

Un monsieur, quadragénaire, très "british" vint s'asseoir sur le banc face au notre. Il déplia son journal en téléphonant.
Une allée d'environ quatre mètres de large nous séparait. Je chuchotais à mon compagnon que l'occasion était rêvée.
Vêtue d'une jupette d'été, légère et courte, d'un T-shirt, je n'avais pas de gros efforts à faire pour afficher ma plastique.
Je mettais mes lunettes de soleil, noires. Je regardais l'écran de mon I-phone. En tous cas, je faisais semblant.

Doucement, j'écartais légèrement mes cuisses. Mon mari faisait semblant d'être absorbé par son catalogue touristique.
La situation idéale pour m'exhiber un peu. Je faisais très attention, surveillant les allées et venues des promeneurs.
Je ne voulais être vue que de mon inconnu. Bientôt, il s'aperçut de ce qui se passait sur le banc face au sien.
Il pouvait voir ma culotte. Mes cuisses raisonnablement écartées. Il louchait discrètement pour voir ce spectacle.

Nous étions ainsi depuis un bon quart d'heure. Parfois mon mari me montrait une page du catalogue. Je regardais.
J'étais assise afin que ma jupette ne sois pas sous mes fesses mais relevée à l'arrière. Personne ne pouvait le voir.
Je fis semblant de téléphoner. Je chuchotais à mon mari ce que j'avais en prévision et que j'étais entrain de préparer.
Il riait. Enfin, après une longue concentration, regardant à gauche et à droite, je me lâchais par petits jets contrôlés.

L'inconnu, faisant difficilement semblant de continuer à lire, m'observait en louchant par dessus son journal.
Je me lâchais avec de délicieux frissons de plaisir. J'étais très attentive malgré tout. Prudente et stratège.
Mon mari me fit : < Vicieuse, il y a une flaque sous le banc maintenant ! >. J'éclatais de rire, trahie par mon émotion.
Je regardais parterre. Là, au sol, suivant une pente immuable, une longue coulure partait vers le bosquet de droite.

La culotte trempée, je restais assise, amusée. L'inconnu m'observait. Il tentait, à l'insu de mon mari de me sourire.
Derrière les verres noirs de mes lunettes il ne pouvait pas savoir que je l'observais aussi. J'en profitais.
Une fois encore, excitée par la situation, j'avais une envie folle de me toucher. Je regardais dans toutes les directions.
Personne n'arrivait dans l'espace immédiat. Rapidement, d'un geste sûre, je retirais ma culotte mouillée.

Cela n'avait évidemment pas échappé à l'inconnu. Je pouvais deviner ses émotions. Cela m'excitait un peu plus.
Mon mari, se levant, me saisit par le bras : < Viens, ça suffit, nous allons déguster une glace dans un salon de thé >.
Je trouvais l'idée formidable. Je me levais. Debout, avant de partir, j'avais une envie folle. Soudaine.
Je mettais mon portable dans le petit sac à dos. jambes légèrement écartées, je lâchais le dernier jet. Debout.

En partant, tenant la main de mon mari, je me retournais. L'inconnu leva sa main et, son pouce en l'air, me fit un sourire.
Je regardais la flaque sous le banc et les deux coulures qui s'en échappaient vers les bosquets.
J'avais les cuisses trempées. Avec un mouchoir en papier, je m'essuyais correctement sous les rires de mon compagnon.
La glace fut délicieuse. J'espérais secrètement l'arrivée de l'inconnu. Ce dernier ne se manifesta pas...

Isa

Image
Ecosse - Septembre 2015 -

Je vous souhaite une excellente semaine.
Je vous retrouve samedi prochain.
Bises...
________________________________________________
Mes textes sont déposés - © - Tous droits réservés
Avatar de l’utilisateur
Isa-Belle
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 34
Âge: 32

Sur la route d'Aberdeen...

Messagepar Isa-Belle » Sam 12 Mar 2016 14:28

______________________________________________


Sur la route d'Aberdeen


En cette fin de juillet, sous un soleil chaud et radieux, nous étions sur la route entre Braemar et Aberdeen.
Cette région de l'Est écossais est de toute beauté. La pêche au saumon y attire quantité d'adeptes.
Les touristes y sont nombreux et les cottages à louer s'y trouvent à foison. Une région très fréquentée.
Il était quinze heure et nous nous étions arrêtés aux Rogie Falls, ces fameuses cascades impressionnantes.

Nous avions garé la voiture en contre-bas de la longue passerelle de bois qui va du vieux moulin à la chapelle.
Nous étions sur les terres d'une de ces anciennes commanderies Templières comme il y en a tant en Ecosse.
Il devait être quinze heure. J'étais vêtue d'une de mes habituelles jupettes, d'un T-shirt et chaussée de baskets.
C'est moi qui portait le petit sac à dos, mon mari avait l'appareil photo et la pochette contenant les accessoires.

Nous montions le grand escalier de bois. Sous ma jupe, je n'avais qu'une étroite culotte. Mes fesses libres.
J'eus soudain le sentiment d'être observée. Je me retournais. Il y avait un type, penché en avant qui mâtait.
Le quidam, discrètement, faisant semblant de toucher ses souliers, tentait de regarder sous ma jupe.
Il semblait être de haute taille comme mon mari et était accompagné d'une femme de type eurasien. Belle.

Arrivée au cabanon des souvenirs, je faisais tourner un présentoir afin d'y choisir quelques cartes.
J'eus l'impression d'halluciner. Là, derrière le présentoir, il y avait le type de l'escalier, braguette ouverte.
Je pouvais distinctement voir son sexe. Sa femme était entrain de faire des photos près de la rambarde.
Mon mari faisait de même à quelques dizaines de mètres. Le type cherchait à me montrer son sexe.

J'ai déjà eu affaire de nombreuses fois à des exhibitionnistes. Mais là, celui-là était plutôt "gonflé" !
Il portait de chaque côté un sac en bandoulière qui lui reposait sur les hanches. Son sexe à l'air.
Personne ne pouvait donc s'apercevoir, sur sa droite ou sur sa gauche qu'il avait son membre exposé.
Pour bien lui faire comprendre que j'avais "vu", en parfaite salope, je m'accroupissais. J'aime ces situations.

A son tour, au travers des cartes postales, l'inconnu pouvait voir sous ma jupe.
Mon mari revint vers moi. Il me surprit une fois encore à faire mon "numéro". Il me fit son délicieux sourire.
Je lui chuchotais ce qui se passait. Il me proposa de trouver un endroit propice à une "opportunité".
C'était sans compter avec la belle asiatique qui revint rejoindre son exhibitionniste de compagnon.

A ma plus grande frustration, les choses en sont restées là. J'étais terriblement excitée.
Malgré toutes les tentatives, à cause de toutes les personnes présentes tout fut voué à l'échec.
Même lorsque je vins aux toilettes publiques, toutes possibilités étaient interdites.
Visiblement, la jeune femme ne savait pas ce qu'était entrain d'essayer son compagnon.

Aussi, en quittant la passerelle, me tournant vers l'inconnu, le pouce de la main gauche levé,
je mimais un rapide et discret mouvement masturbatoire masculin de la main droite.
Je restais ainsi, vicieuse, pendant une dizaine de secondes à mimer une branlette. Bien vulgaire.
Le quidam, étonné par mon geste, me fit un sourire désarmant. Je fis une grimace de dépit.
Mon mari me consola en me proposant son sexe dans la voiture, pendant qu'il roulait.

Je suçais comme une bienheureuse.
Le reste de la journée fut tout aussi exquis.
Le soir, nous avons fait l'amour comme des fous...

Isa

Image
Ecosse - Septembre 2015 -

Je vous retrouve samedi prochain pour un prochain récit.
Bonne semaine à toutes et à tous.
Bises
______________________________________________________
Mes textes sont déposés - © - Tous droits réservés
Avatar de l’utilisateur
Isa-Belle
Voteur occasionnel
Voteur occasionnel
 
Messages: 34
Âge: 32

Suivante

Retourner vers Récits

  • Qui est en ligne
    Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun citoyen et 1 invité